Les règles essentielles avant d’investir dans les warrants

Les warrants étant un investissement spéculatif, vous devez accepter les risques qui y sont liés. Ils ne conviennent qu’aux investisseurs qui peuvent se permettre de perdre tout ou partie de leur argent et qui ont une grande tolérance au risque. Avant d’acheter des warrants, vous devez donc vous assurer que vous comprenez bien le produit et que vous avez les moyens financiers de supporter une perte éventuelle. Si vous souhaitez investir dans les warrants, voici quelques règles essentielles à suivre.

​Fixez les objectifs

Le marché des warrants ne se limite pas à avoir raison et à prédire la trajectoire future de l’actif. Vous devez également acheter et vendre aux moments opportuns. La fixation et le respect de contraintes d’achat et de vente constituent le meilleur moyen de gagner de l’argent ou d’éviter des pertes.

L’objectif des warrants est lié aux niveaux d’intervention de l’actif sous-jacent, qui peuvent être dérivés via un pricer ou un simulateur. Les tendances du marché ou les indices boursiers n’ont pas d’incidence sur le rendement. Le gain reste en général fictif tant que vous n’avez pas vendu.

​Avoir la conviction profonde

Comme il s’agit d’un investissement hautement spéculatif et dangereux, vous devez avoir une forte conviction. Avant d’acquérir un warrant, vous devez être certain que l’actif sous-jacent va augmenter ou diminuer dans un avenir proche. À partir de là, une stratégie pour bénéficier de la hausse ou de la baisse sera élaborée, ainsi qu’un call (en cas de hausse) ou un put ( en cas de baisse).

​Maintenez une marge de sécurité

Les warrants sont des instruments financiers à part entière, en raison de la nécessité de ne pas attendre que l’actif sous-jacent évolue en votre faveur pour en tirer profit. Il est essentiel de sélectionner des warrants dont l’échéance est supérieure au temps que l’actif sous-jacent semble prendre pour évoluer. Si vous avez raison sur la direction mais que vous vous trompez sur le moment, le warrant a une durée de vie suffisante pour profiter de l’opération.

​Reconnaissez la volatilité

La volatilité de l’actif sous-jacent est importante car elle reflète l’ampleur des fluctuations du prix. L’achat d’un warrant suggère que vous pariez sur l’évolution à court terme du sous-jacent. Les investisseurs qui effectuent souvent des interventions mais avec un faible taux de réussite peuvent avoir un mauvais bilan global malgré un nombre élevé d’opérations réussies. Tout se résume au montant des pertes par rapport à l’importance des bénéfices.

​Contrôlez vos émotions face à une perte

Le contrôle de vos émotions est essentiel pour gérer avec succès un portefeuille de warrants, car la cupidité et la peur peuvent conduire à des jugements imprudents. Réfléchissez aux questions suivantes une fois que vous avez acheté un warrant : Quel est le maximum que je suis prêt à perdre ?

Dans le cas d’une estimation incorrecte, le warrant peut valoir près de la moitié de la valeur initiale en quelques minutes. Par conséquent, il est préférable d’établir des normes de sécurité destinées à restreindre les pertes. Pour sauvegarder vos positions et votre patrimoine, vous devez faire preuve d’une grande discipline.

​Le régime fiscal applicable

Les particuliers sont imposés sur les plus-values d’actions dès le 1er € vendu. Depuis 2012, la plus-value nette totale (c’est-à-dire la plus-value après déduction des bénéfices et des pertes de l’année) est imposée au taux de 34,50 %. En effet, il s’agit d’un taux de base de 19 % auquel s’ajoutent les prélèvements sociaux (soit 15,50 %).

​Les bons de souscriptions

Les bons de souscriptions sont également imposés de la même manière que les titres. Les plus-values sont imposées au taux de 34,50 % à partir du 1er € de cession (incluant les prélèvements sociaux ). Les moins-values sont prises en compte uniquement si les bons de souscriptions, quel que soit leur prix, sont revendus avant la date d’expiration. En cas de non-revente des bons de souscriptions, une moins-value est constatée qui ne peut être utilisée pour la détermination des plus-values imposables.

​Les certificats

L’imposition des certificats varie en fonction du mode de revente du produit avant l’échéance ou de son remboursement à l’échéance.

  • Lorsque le certificat se classe comme une obligation dans certaines circonstances, la prime est soumise à une retenue à un taux de 24 %, au choix du bénéficiaire.
  • Les plus-values sur les certificats revendus avant l’échéance sont normalement imposées à 34,50 %.
  • Si le certificat est remboursé à l’échéance, la prime de remboursement est soumise à l’impôt progressif sur le revenu ainsi qu’aux cotisations de sécurité sociale (15,50 %).

En revanche, la prime de remboursement présente un solde négatif, il s’agit alors de pertes en capital qui ne sont pas déductibles. L’option de retenue au titre du prélèvement libératoire est parfois inaccessible. Par conséquent, il est conseillé de bien étudier les brochures d’information.

​Les warrants

Les warrants sont imposés de la même manière que les titres. Les plus-values sont imposées au taux de 34,50 % à partir du 1er € de cession (incluant les prélèvements sociaux) lorsqu’elles sont réalisées de manière irrégulière.

Les plus-values réalisées par les opérateurs qualifiés par l’administration fiscale sont imposées à un taux progressif dans le cadre des BNC (bénéfices non commerciaux). En outre, contrairement aux warrants, un transfert n’est pas nécessaire pour réaliser une moins-value. En cas d’annulation du warrant, l’opérateur subit une perte égale à la prime versée, qui vient en déduction des autres plus-values.

​Quelques erreurs à ne pas répéter

​Ne vous fiez pas aux chiffres

D’autant plus si le volume des échanges est modeste. Les seules personnes qui peuvent combler le fossé entre l’offre et la demande sont les émetteurs de warrants. Les marchés des warrants ne sont pas influencés par l’activité du marché comme le sont les marchés boursiers.

​Ne vous fiez pas au prix indiqué

Dans le domaine des warrants, il est concevable qu’un warrant n’ait pas été échangé pendant une longue période. Seuls les prix publiés et cités dans le carnet d’ordres doivent être considérés comme corrects.

​Acquérez une quotité de négociation

Les warrants sont proposés par tranches de 1 000 unités. Il est plus rentable d’acheter plusieurs quotités plutôt qu’un seul lot. Ainsi, cela permet, notamment, de réaliser des bénéfices. L’objectif est de combler les positions restantes à un coût considérablement réduit tout en gardant foi en votre sélection.

​Ne soyez pas excessivement gourmand

Même si vous avez raison sur le marché, ne soyez pas trop gourmand. Lorsqu’un objectif est atteint, il est essentiel que les investisseurs ne deviennent pas trop gourmands et n’essaient pas de profiter de la situation jusqu’à la dernière goutte.

​Conclusion

En résumé, avant d’investir dans les warrants, il est important de bien connaître les règles fiscales qui s’appliquent et les pièges à éviter. Les investisseurs doivent être conscients du risque qu’ils prennent en achetant des warrants et ne pas se laisser emporter par le jeu. Il est important de rappeler que les pertes en capital sont possibles et que l’investisseur doit être prêt à les assumer.